Titre : Tasse de café / Auteur : Julius Schorzman / Licence : CC BY-SA 2.0 Source : Own work

Pas mal

« Pas mal », ces deux mots peuvent vous faire perdre du temps.  Ils sont doublement négatifs, sans l’être vraiment… Ce café que vous venez de boire est « bon » ou « pas mal ». Vous le recommanderiez ? « Pas mal » est différent de « nul » et de « réalisé » . Cette expression est employée en anglais – not bad –  Elle fait référence au contenu d’un travail, à la réalité d’une situation et aux faits. En français, « Pas mal » est un jugement de valeur contradictoire produisant parfois un effet négatif et anxiogène sur la personne qui le reçoit…

Pas mal : le pouvoir d’une expression

Pas mal ne veut rien dire : L’expression « pas mal » ne veut rien dire et renvoie à une forme de « bêtise » de celui qui la prononce. La « bêtise » c’est le refus ou la négation des faits et de la réalité et de l’autre. Par méconnaissance, par manque de temps pour comprendre l’opinion de l’autre, le jugement de valeur « pas mal » permet d’éluder…

Pas mal est anxiogène : La double négation renforce la perplexité du destinataire. Sur une échelle de 1 à 10 comment évaluer l’expression : « pas mal ». Pour moi cela « vaut » 4 sur 10 au mieux. « Pas mal », ce billet est-il vraiment « pas mal » ? Combien vaut-il entre zéro et dix ?

Pas mal : une expression du pouvoir

Pas mal est indécidable : Les professeurs, les citoyens, les managers croyant évaluer le travail – donc les faits – et jugeant négativement  un ensemble associant le travail et le collaborateur : « c’est pas mal ! » rendent impossible l’action : Que faire ? C’est Bon ou à refaire ?

Pas mal est chronophage : Votre obligé attend de savoir si le résultat de son travail est conforme à vos « exigences, si son travail est « vraiment » terminé pour évaluer le temps qu’il va « devoir » encore y consacrer… En français, « Pas mal » est un jugement de valeur négatif et anxiogène rendant impossible la décision d’allocation du temps !