Articles

La confiance exclut le contrôle !

L’expression « la confiance n’exclut pas le contrôle »  est contradictoire dans les termes, chronophage et anxiogène et dit deux choses contraires. Je vous fais confiance et, en même temps, vous êtes sous – mon- contrôle, c’est à dire : je ne vous fais pas réellement confiance. De deux choses l’une, soit vous faites confiance, soit vous ne faites pas confiance et vous restez dans un management directif. La confiance en soi détermine la confiance en l’autre et exclut l’idée d’un contrôle parce que la confiance est présente.

La confiance en soi est première

La personne pense en fait, sans se l’avouer vraiment : «Je n’ai pas confiance en moi ». Elle recherche une « protection » illusoire dans un contrôle générique et exprime deux peurs « panique » qui sont justement « incontrôlables » :

  • La peur de l’échec : le manager expert est incapable d’imaginer la réussite sans lui. La pensée négative de l’échec détermine l’échec de l’autre, s’il est possible. La suggestion négative de l’échec est réalisée dans 30% des cas selon le principe du nocebo.
  • La peur de l’à peu près : l’autre fera imparfaitement. Cette peur révèle, une vanité positive : un ego surdimensionné ou une vanité négative, une attirance morbide vers l’échec…

La confiance en l’autre est une dépossession

  • La peur de la liberté : Confier une tâche, c’est accepter qu’elle sera, quoi que vous puissiez imaginer ou penser, faite différemment.
  • La peur de l’altérité : Le management c’est « obtenir des résultats au travers les autres » Trujillo. L’autre n’est pas vous : il ne pense pas, ne réagira pas et ne fera pas comme vous ! Ces managers révèlent une peur de la relation, de l’autre et du management.

La peur de l’échec conduit à multiplier les contrôles, à atomiser le temps de l’autre et à l’échec dans 30% des cas. Définissez les contrôles et les délais avant c’est la clé de la confiance.

 

La joie fait gagner du temps

Séduisante et contagieuse, la joie inspire confiance. La joie fait gagner du temps ! Nous sommes traversés par six émotions essentielles dont chacune a son revers. La colère peut dériver dans la violence. Le dégoût, la tristesse vous isolent. La surprise et la peur peuvent paralyser. La joie est la seule émotion vraiment positive.

La joie 5 A fait gagner du temps

La joie est une émotion  5 A

1 – Acceptation inconditionnelle de la réalité telle qu’elle est. Les personnes heureuses ont fait la paix avec leur passé qui est dé-passé, mort et donc accepté parce qu’il nous constitue.

2 – Affirmation sereine : la joie s’entend. Lorsqu’une personne dit « je », parle en son nom, affirme des points de vue constructifs dénués d’intérêt personnel.

3 – Autorisation sans limite : Les personnes joyeuses prennent leur place sans demander l’autorisation. Les personnes joyeuses vous font une place sans vous demander votre autorisation et vous la prenez sans l’avoir accordée consciemment parce qu’elle est juste.

4 – Authenticité : la présence physique et émotionnelle, la spontanéité et l’aptitude à créer instantanément un lien simple avec chacun est un marqueur de la joie.

5 – Attention : une personne joyeuse pratique une vraie présence à l’autre, parce qu’elle a fait la paix avec elle-même d’abord… Des marques d’attention subtiles la révèlent : un regard, un soin ou un éclat de rire, une écoute qui ne n’interroge pas, n’argumente pas, ne projette pas « son » point de vue pour avoir le dernier mot.

La joie est séduisante : elle inspire confiance

La joie est séduisante. Expression de la vie, elle donne envie. Elle dynamite les barrières,  les a priori ou les pré-jugés. La joie rassure instantanément. Une personne joyeuse se « livre »et démine les « pièges » imaginaires… La joie est présence ! La confiance est acquise sans condition et sans délai.

La joie est la seule émotion vraiment positive. Séduisante et contagieuse, la joie inspire confiance.