Articles

Mon temps, c’est ma vie !

Katherine Pancol et Thierry Marx ont un point commun : préserver leur temps, un temps de projets. Le temps est avec le geste et le feu, un des trois invariants de la cuisine. Préserver le temps «C’est devenu mon kodawari…ce qui est indispensable à chacun et auquel on ne peut pas toucher. »

Un emploi du temps pour mener à bien ses projets

1 – consacrer 80% de son temps à ses projets:  Dormir six heures par nuit ; faire du sport avant le travail et une chose après l’autre dans le temps défini

2 – Limiter le temps des autres à 20% du temps

3 – Éviter de perdre du temps ou de se disperser : « Je n’aime pas le retard, ni les e-mails, ni les coups de fils ou textos trop longs. »

 La vie : une valse à trois temps

1 – Vivre sa vie : le temps vie . Le temps c’est votre vie..Parce que nous sommes mortels. “La vie est pour moi le trait d’union entre deux dates : celles qui sont gravées sur la pierre tombale. C’est très court.”

2 – Vivre au présent : Le temps présent – Mon credo c’est « I am I can I will I do » ; je ne me pose pas de questions. « Il faut être comme une libellule dans la vie, vivre pleinement au présent, aller à gauche, aller à droite, avancer, ne jamais reculer. »

3 – Vivre l’instant : Le temps concentré du geste

La maîtrise du geste intègre la maîtrise de l’énergie et du temps. Agir à l’instant propice. La répétition du geste crée l’automatisme, l’automatisme renforce l’adaptation, l’adaptation crée la justesse et l’harmonie. « Ton pire ennemi est l’impatience, tu n’as pas de désir, ta grande force est ta loyauté, et ton règne c’est l’adaptabilité. » Miyamoto Musashi  maître d’escrime japonais du XVIIème siècle

Nous reviendrons dans un billet sur le temps de la triple présence à soi, au temps et aux autres.

100 jours pour changer !

La « théorie des 100 jours » a été popularisée par Milton et Rose Friedman analysant comment les gouvernements élus démocratiquement ont réellement réformé leur pays. En fait, la formule complète : 10 ministres, 10 mesures, 100 jours. La réforme suit une courbe décroissante en fonction du temps pour un individu comme pour un réformateur.

100 jours pour changer

Au delà de la « surprise » du changement la « routine » l’emporte et avec elle la velléité de changer. En trois mois, Roosevelt lança le New Deal, Pierre Mendès-France a mis fin à la guerre d’Indochine dans ce délai, le 7 mai 1954 et Mitterrand a lancé dans le premier mois 90 de ses « 110 propositions »… Les 20 autres étaient inapplicables…En 1988, Michel Rocard imposait la CSG et le RMI. A l’inverse, les « rois fainéants », Jacques Chirac élu avec 92% des voix ou Lionel Jospin bénéficiant de la croissance 2000 ont peut réformé « en donnant du temps au temps »…

10 actions à conduire par an.

Pour un individu, l’essentiel est donc de définir 2/3 priorités par trimestre et de s’y tenir.

1 – Quatre fois par an : faites une liste de vos objectifs réalisables, mesurables et concrets. Ces trois critères qualifient de vrais objectifs au delà des intentions, des prévisions ou des souhaits. Décidez l’ordre de vos priorités pour rester maître de votre calendrier.

2 – Chaque jour :  Faites une chose de bien par jour et demandez-vous le soir, ce que vous avez fait de bien aujourd’hui ! Faites en premier ce qui est prioritaire chaque jour et consacrez une heure par jour à votre priorité du mois. La moitié de votre temps  journalier est « gaspillé » dans des vraies pressions cachant des « fausses urgences » !

3 – Chaque mois : faites avancer une étape d’un projet correspondant à votre priorité.

Les trois enseignements de cette théorie : faites une chose de bien par jour, préservez une heure par jour pour votre priorité, consacrez 80% de votre temps à faire votre travail.